10 conseils pour progresser en rédaction

10 astuces pour progresser en copywriting

Le copywriting et « bien écrire » sont deux choses différentes. 

Le style en copywriting est secondaire. Voilà, c’est déjà le premier paradoxe qui vous surprendra si vous venez de découvrir l’art d’écrire pour vendre. 

Honoré de Balzac écrit merveilleusement bien. Il serait un piètre copywriter. Car, bien écrire, avoir un talent pour raconter, décrire, dépeindre, n’est pas suffisant pour vendre. 

Copywriter c’est persuader en agissant en peu de mots hyper pertinents et choisis avec soin. Les phrases à rallonge, les paragraphes poétiques, sont le contraire du copywriting. 

Alors à quels réflexes devez-vous renoncer pour progresser en copywriting ? Quelles erreurs faites-vous en copywriting alors que vous étiez premier de la classe en rédaction et que Monsieur Robert vous félicitait pour votre talent ? 

On vous en dit plus !

 Le moins de mots possible 

Oui, on sait, vous avez l’impression d’avoir rien fait si vous ne rendez pas un copy de moins de 3 pages ? Eh ben, non ! 

Sur Internet, l’internaute ne vous accorde que quelques secondes. 

Votre talent ? 

Parvenir à l’intéresser en très peu de mots et très peu de temps. Copywriter c’est choisir le BON mot celui qui va captiver le lecteur et l’empêcher de partir. Et ça, en revanche ça prend des heures ! 

 Des uppercuts 

On est tenté de vouloir varier les formes de phrases, utiliser par exemple la voix passive. Or, votre lecteur doit comprendre vite, directement votre message et se projeter dans l’action. 

Donc, effacez tout de suite cette inversion et allez-y franchement. Repassez au crible votre copy et voyez si vous êtes bien à voix active.

 Le verre à moitié plein 

On fait tous cette erreur ! 

On rédige tous en ponctuant nos contenus de négations. « Ne vous demandez pas si » sauf qu’en réalité, l’humain a beaucoup de mal avec ces formulations qu’il n’arrive pas à visualiser. Renversez la vapeur !

Pensez positif dans tous vos copy, pour permettre à vos lecteurs de se représenter vos propos.

 Imaginez votre lecteur 

Assis devant vous, à parcourir votre contenu. 

Écrivez pour un avatar, un seul. Au lieu de parler à une foule d’anonymes, parlez à Bertrand ou Omar, ce persona que vous connaissez, que vous voulez persuader, avec qui vous avez une conversation. À vouloir convaincre tout le monde, on finit par ne parler à personne.

 Gardez une ligne directrice

Vous avez une idée qui guide votre contenu, un champ lexical. 

C’est bien ! 

Reformulez cette idée en y apportant à chaque fois une nouvelle facette et n’hésitez pas à mettre en exergue et répéter les mots les plus importants. Votre lecteur ne doit pas avoir l’impression que vous radotez, mais bien que vous expliquez avec de nouveaux éclairages. Vous l’aidez.

 Faites comme Ally Mc Beal

Vous êtes copywriter. Vous avez un but. Convaincre votre lecteur de vous croire et d’acheter ce produit. Vous devez donc déployer un argumentaire. Comme les avocats dans une plaidoirie, utilisez des images, des paraboles, des faits, des chiffres, des preuves, et embarquez ce juré avec vous !

 Énervez votre prof de français

Pas avec des fautes d’orthographe ! Mais en faisant des phrases simples. Les propositions subordonnées relatives, les adverbes, les superlatifs, les participes présents sont des parasites en copywriting. 

Nous le savons c’est totalement contradictoire avec tout ce que l’on nous a inculqué à l’école où il fallait tout expliquer, tout préciser, tout décrire. Ici, il faut dire simplement les choses. À moins que vous soyez dans du storytelling où un adverbe peut être important pour visualiser une situation, dans la majorité des cas, épurez votre écriture.

 Rythmez

Vos copy sont comme de la musique ! 

Toutes vos phrases ne doivent pas être sibyllines comme un télégramme. 

Alternez les formules phares, comme une promesse, qui doivent être mémorisables, courtes et claires avec des phrases plus longues. Évidemment une phrase ne doit pas faire 5 lignes, mais un copy avec des phrases de 4 mots à chaque fois, c’est soporifique. 

 Commencez fort, terminez fort

Votre première phrase, c’est celle qui va vous donner le plus de fil à retordre. Elle doit accrocher, captiver, intéresser, intriguer, et faire que le lecteur se dise « c’est pour moi ! ». 

La dernière doit être puissante, pour être mémorisée et imprimer dans le cerveau du lecteur un message distinctif. 

Entre les deux, des sous-titres qui structurent le contenu et donnent rapidement à votre lecteur un aperçu de quoi il retourne.

 Soyez honnête

Relisez le contenu et demandez-vous si vous achèteriez ce que vous vendez. 

Oui ? Vous êtes sûr ? Ou juste vous n’avez pas vraiment envie de tout refaire ? 

Mettez-vous à la place d’un lecteur qui ne sait RIEN du produit ou du service. Il comprend tout ? Ça répond vraiment à ce qu’il traverse au quotidien ?

Vous voulez progresser en copywriting ?

Lire ces conseils et les appliquer va vous aider ! 

Mais, imaginez être corrigé, conseillé, et guidé au cours de la rédaction par des copywriters professionnels ! C’est possible ! L’Académie du copywriting est une formation personnalisée et interactive qui permet à chaque copywriter en herbe de progresser rapidement avec un suivi individuel poussé.

Vous voulez vous améliorer et produire des contenus efficaces ?